Date de publication : 26 mars 2015 J'aime ( 3 ) Je n'aime pas ( 0 ) Vus : 924
Description :

Le jeudi, aux Archives Départementales à Pierres Vives, vous pouvez apprendre la paléographie, ou comment déchiffrer les textes anciens. Une des sciences auxiliaires de l’histoire, pour apprendre à lire les documents anciens (du XVIe au XVIIIe siècle).


Qu est ce que la paléographie ?

La paléographie (du grec ancien παλαιός / palaiόs (« ancien »), et γραφία / graphía (« écriture ») est l'étude des écritures manuscrites anciennes, indépendamment de la langue utilisée (grec ancien, latin classique, latin médiéval, ancien français, moyen français, français classique, anciens caractères chinois etc.)

La paléographie entretient des liens étroits avec des disciplines telles que la philologie, la codicologie ou la diplomatique et est considérée comme l'une des sciences auxiliaires de l'histoire.

La paléographie a trois objets :

  • elle vise à la lecture et à l'édition des textes. Trois difficultés principales existent en effet qui empêchent de lire les documents anciens : d'une part, la graphie d'une même écriture évolue à travers le temps. L'alphabet latin connaît plusieurs formes successives, telles que la minuscule caroline et l'écriture gothique. La paléographie sert donc à connaître la morphologie des lettres et à savoir déchiffrer les caractères qui constituent les textes de ces manuscrits. Certaines périodes sont marquées par l'emploi de très nombreusesligatures entre les lettres : l'esperluette, par exemple, est l'une des rares ligatures, ou lien entre les lettres, qui subsistent de l'écriture mérovingienne ; l'écriture cursive grecque connaît également de nombreuses ligatures qui rendent les manuscrits anciens difficiles à lire pour ceux qui ne connaissent que l'alphabet grec imprimé à lettres détachées. Une autre difficulté est constituée par les nombreuses abréviations qui ont été utilisées, notamment dans l'écriture latine. Le paléographe doit donc connaître les abréviations courantes. Le tilde, aujourd'hui utilisé en espagnol, est à l'origine un signe marquant l'abréviation, en particulier la suppression de consonnes nasales. La paléographie permet de transcrire le document, c'est-à-dire d'en produire une copie moderne en rétablissant les abréviations : ce travail est particulièrement important pour les textes en latin car les abréviations portent fréquemment sur les finales, or la déclinaison du mot latin se particularise par l'usage de finales différentes. En cela, la paléographie est aussi bien une science auxiliaire de la diplomatique que de la philologie.
  • La paléographie vise également, par l'étude des témoignages écrits, à reconstruire l'évolution des écritures dans le temps et à en connaître les causes et les développements. L'école française de paléographie, notamment avec Jean Mallon a mis à l'honneur le rôle primordial du ductus (ordre et sens du tracé de chaque partie de la lettre) dans l'évolution de l'écriture. La paléographie permet ainsi également de dater des traces et témoignages écrits et d'en situer la provenance géographique. La classification des écritures anciennes dans le domaine de l'alphabet latin a particulièrement été élaborée par l'école néerlandaise. La méthode de cette science consiste essentiellement en l'analyse des formes des lettres ou l'analyse des abréviations typiques. La paléographie ne remplace pas l'étude du support, notamment le papier dont les filigranes sont une aide précieuse pour la datation, mais support et écriture ne sont pas toujours contemporains l'un de l'autre.
  • La paléographie vise enfin à étudier les systèmes de production de l'écriture, dans un contexte culturel et social. Cette tradition d'étude est particulièrement active dans les domaines italien et allemand (à travers l'étude de la Schriftlichkeit).

Pour en savoir +

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

    Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont marqués*

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>