Date de publication : 10 mars 2016 J'aime ( 0 ) Je n'aime pas ( 0 ) Vus : 1,076
Description :

Entre 3000 et 5000 personnes ont manifesté contre le projet de loi El Khomri le mercredi 09 mars à Montpellier. Parmi les opposants, beaucoup de jeunes, notamment des étudiants.

La réforme du Code du Travail a été fortement contestée par l'ensemble des syndicats des deux secteurs public et privé. A Montpellier, entre 3000 selon la police et 5000 personnes selon les organisateurs ont défilé dans les rues entre la gare et le Peyrou. "On est là pour marquer le coup car c'est une réforment complètement anti-social et forcément régressive qui s'attaque directement aux droits des salariés " explique Philippe Péretti représentant de la CGT CHU Montpellier. Les opposants dénoncent une loi trop favorable au patronat. Le texte Loi Travail prévoit l'instauration d'un plafond des indemnités prud'homales et d'étendre les licenciements économiques. De leur côté, les jeunes, étudiants, lycéens ou chômeurs, dénoncent également une situation de plus en plus précaire. Cette Loi Travail est une erreur. "Aujourd'hui c'est très important que nous soyons là. Nous sommes l'avenir et n'avons pas envie de vivre dans la précarité " lance un jeune étudiant en cinéma de la fac de Lettres. "Si on ne s'investit pas maintenant ce pas plus qu'il faudra venir se plaindre " rétorque un autre plus loin. Les manifestants veulent envoyer un signal fort au gouvernement en place  quelque soit les lignes politiques Gauche/Droite. Les syndicats dénoncent également la politique sécuritaire , la loi Renseignement, la constitutionnalisation de l'état d'urgence et la nouvelle réforme du droit pénal en train d'être voté.

          Entre 3 000 et 5000 manifestants à Montpellier Entre 3 000 et 5000 manifestants à Montpellier

          Les jeunes étaient présents pour défendre leurs droits Les jeunes étaient présents pour défendre leurs droits

          Des slogans ont fleuri pendant la manifestation Des slogans ont fleuri pendant la manifestation

                   

Le cortège est arrivé  aux alentours de midi devant la Préfecture où les représentants syndicaux ont pris la parole. "Soyons déterminés, on continue, on lâche rien ". Avant d'entonner un chant révolutionnaire. Le prochain rendez-vous est fixé au 31 mars.

   

Texte et photos JEAN-FABRICE TIOUCAGNA

   

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

    Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont marqués*

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>