Date de publication : 27 mars 2017 J'aime ( 0 ) Je n'aime pas ( 0 ) Vus : 435
Description :

Les 24 et 25 mars dernier se sont déroulés à Montpellier les états généraux de l'éducation dans les quartiers populaires. Deux jours de débats et de rencontres organisés par le collectif  Parents d'élèves Petit Bard / pergola.

Au centre des discussions, la mixité sociale dans les quartiers populaires. La question devient incontournable dès que l'on parle de l'Education dans les banlieues. La ségrégation scolaire existe bel et bien. Il y a deux ans, le collectif de Parents d'élèves Petit Bard/Pergola a manifesté pendant plusieurs semaines. Cela a permis de faire "bouger les choses" dans le quartier Petit Bard Cévennes. Le collège Las Cazes, devenu collège Simone Veil, a crée, par exemple, des classes internationales. D'autres parents d'élèves, toujours au Petit Bard, ont manifesté contre la carte scolaire.Mais la mixité sociale n'évolue pas rapidement. Il faut du temps pour changer les mentalités.

 De réflexion en réflexion, des chercheurs, institutionnels, enseignants et membres de collectifs de parents d'élèves venus de Paris, Créteil, Marseille et Toulouse ont essayé de répondre aux questions. «Acceptons-nous le fonctionnement d'une école à deux vitesses qui ne respecte pas les valeurs de notre République ?» ou encore «Quelle place pour l'expertise citoyenne dans les quartiers populaires ?».

Rappelons que la question des quartiers populaires reste absente des débats présidentiels.

JEAN-FABRICE TIOUCAGNA

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

    Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont marqués*

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>