Juan MASSENYA : Passion et Engagement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Juan Massenya, journaliste, animateur et réalisateur de télévision française nous a accordé un entretien à KainaTv. Interrogé par Sonia Batista, Reporter Citoyen Numérique, il évoque dans cette deuxième partie sa passion et son engagement.

Sa passion, c’est d’abord la musique. « Je viens d’une communauté où la musique est propre à notre identité ». Pour Juan, ce n’est pas qu’un divertissement. « Quand tu viens des Antilles, dans ta culture, il y a la négritude. Il y a le poids de l’histoire et le présent de l’esclavage.Et c’est tout cela qui est exprimé en musique ». Juan a  été influencé par son environnement. Par la musique qu’écoutaient ses parents. Puis, vient celle des copains. Et encore après, vient la musique de l’autre bout du monde. « Pour moi, il y a deux styles de musique, avoue-t-il. Celle qui me procure des émotions et l’autre qui ne m’en procure aucune. Aujourd’hui, je préfère celle qui donne le plus de résonance à mes émotions, à mon quotidien ».

La culture urbaine c’est la culture française.

Ses artistes préférés ? « C’est la plume qui dicte mes artistes préférés. La seule chose dont j’en suis conscient, c’est que mes goûts musicaux ont évolué. Comme ma vie ». Adolescent, Juan a baigné dans la culture urbaine. Mais pour celui-ci, c’est une notion « cache-sexe », une « escroquerie ». Il explique : « A un moment, il y a eu une culture qui s’est inventée. C’est celle des quartiers via le Hip Hop. Nos aînés écoutaient du Rock’N Roll. C’était déjà de la culture urbaine ». Cette appellation « culture urbaine » se substitue à « culture populaire ». « C’est un élément de langage arrivé par la politique. Pour les politiciens, ce fut une façon de définir une catégorie de la population ». 

C’est l’avènement du rap qui a déclenché son désir d’engagement citoyen et le militantisme. « Le rap s’est politisé dans le années 85-90 ».

 

JEAN-FABRICE TIOUCAGNA

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print
Fermer le menu