Mouss Bénia : « On m’a éduqué la droiture »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Nous avons reçu Mouss Bénia, auteur des romans « Chiens de la casse » et « Panne de sens ». Il nous raconte son enfance, son adolescence et ses aventures .

 
« J’ai voulu découvrir la vie ». Mouss Bénia, est auteur des deux romans « Chiens de la casse » sorti en 2007 (Hachette Littérature) et « Panne de sens » paru en 2003 ( Seuil). Il a grandi à Carrières-sous-Poissy, commune située dans le département des Yvelines en région Ile-de-France. Très tôt, il a un grand rêve : faire de la moto.
Lorsqu’il abandonne sa scolarité en troisième, Mouss est obligé de travailler. Il entre donc à l’usine Peugeot. « Le travail à la chaîne c’était pas mon truc » s’aperçoit-t-il. Puis, il enchaîne des petits boulots pour survivre.  Jusqu’au jour où survient le déclic après une série de rencontres prolifiques. Le théâtre lui ouvre ses portes et lui fait découvrir l’écriture. Bientôt le cinéma lui sourit.
Sa jeunesse à Carrières-sous-Poissy est empreinte de solidarité. « Nous étions une famille unie » avoue le romancier. Ses parents lui inculquent les vraies valeurs humaines. Le respect, la loyauté. « Mon père nous disait aussi : « Il ne faut pas se faire remarquer … ».  On m’a éduqué la droiture ».
Lorsqu’il qu’il évoque son quartier, Mouss est un brin nostalgique. « C’est lui qui m’a construit. J’y suis attaché. J’ai un rapport affectif avec le quartier ».
 
JEAN-FABRICE TIOUCAGNA

 

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print
Fermer le menu