Montpellier : les jeunes de l’Institut Nazareth se donnent en spectacle.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print

Durant un peu plus de trois mois, Kaina.tv a suivi trois adolescents de l’Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) de Montpellier des répétitions au concert final à la Gazette Café le 6 juillet dernier.

L’institut Nazareth, à Montpellier, est un établissement de soins. Celui-ci reçoit chaque année de nombreux adolescents en difficulté psychologique et en rupture familiale. Dans le parcours soignant, une fois encore, un groupe de jeunes est accompagné pendant plusieurs mois dans un atelier musique sous la houlette de Pierre Martin, guitariste et professeur de musique membre de l’association Musique Sans Différence. « Il y a un certain nombre de médiations qui leur sont proposées parmi lesquelles des activités d’expression. Soit de l’art thérapie, soit du dessin, soit de la musique », explique Patrick Mardille-Vidal, le directeur adjoint de l’institut Nazareth Montpellier. Depuis novembre 2018, Inès, Romain et Stan se retrouvent dans la « salle musique » afin de préparer leur représentation de fin d’année. Inès et Romain chantent tandis que Stan joue de la musique électronique sur tablette. « Ils ont beaucoup progressé » indique Pierre Martin. Ce professeur les connaît depuis longtemps. Comme, par exemple, Romain, qu’il côtoie pour la quatrième année consécutive. Le jeune garçon de seize ans a choisi d’interpréter trois chansons dont « SOS d’un terrien en détresse » de Daniel Balavoine.

Pierre coache individuellement les trois artistes en herbe. Cela lui permet de « prendre du temps » avec chacun d’eux. Il les conseille sur la posture, la manière de tenir le micro, de regarder le public, de placer la voix. Il sait les rassurer aussi dans les moments de doute. « Le plus dur c’est d’arriver à maîtriser la technique, à articuler et à chanter fort » nous confie Inès. « Mais ça va, c’est bien. Il faut que ta voix soit vraiment en avant » rebondit Pierre Martin. Les enfants choisissent les morceaux en fonction de leurs goûts musicaux. Ils sont passionnés dès leur tendre enfance. « J’ai toujours chanté. J’ai commencé devant mon frère qui a dit que j’avais une belle voix. J’ai continué. Ça me plaît vraiment » indique Romain. Et Inès avoue son rêve de devenir chanteuse  plus tard. « Si je peux le faire bien sûr » reprend-elle, lucide. Stan, lui, découvre la musique électronique devant son ordinateur. « J’utilise une boîte rythmique pour mes compositions ». Il nous fait la démonstration sur sa tablette. « J’ai été surpris quand on m’a dit que j’allais faire un spectacle ». Stan est un brin soucieux. Au moment où nous le rencontrons, il reste trois semaines avant le jour J. 

Samedi 6 juillet. La famille et les amis sont là. Tous réunis à la Gazette Café. Le spectacle peut commencer.

JEAN-FABRICE TIOUCAGNA

 

 

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print
Fermer le menu